Tag Archives: e-link

CES 2013 les prototypes de chez Plastic Logic

10 Jan

Une grande liseuse à 2 écransplasticlogic-dual-screen-ereader

Une solution innovante mais loin d’être opérationnelle encore, qui permet à des écrans à encre électronique souples de se transformer en “tablettes” et de communiquer entre eux. Si les innovations technologiques étaient au rendez-vous, le produit n’est pas vraiment terminé. Mais Plastic Logic avait manifestement de nombreuses idées pour ses écrans, l’une d’entre elles étant de proposer une liseuse à encre électronique grand format qui se replie. L’appareil n’est rien d’autre que l’assemblage de 2 écrans 10,7 pouces, comme ceux qu’on a pu voir pour PaperTab, avec la possibilité d’avoir un affichage différent sur chaque page, ou unique sur l’ensemble des deux pages. Ci-dessous les photos d’illustration et la vidéo du prototype.

Dans tous les cas, ce genre de “liseuse” trouvera plutôt son public auprès des professionnels pour afficher de grands documents, des plans, et les montrer. Dans tous les cas, pour permettre un affichage en grande dimensions, deux grands écrans qui peuvent en devenir un seul est une bonne idée…

Une montre cardio avec un écran technologie e-link

L’arriver des écrans e-link flexibles permetent comme cette montre toutes les folies.plasticlogic-watch

Cette montre n’est qu’une illustration des possibilités offertes par ce nouveau support, comme on peut le voir avec la vidéo ci dessous.

E-link vs Paperwhite

23 Dec

E-link+éclairage = Paperwhite

Le dernier Kindle n’a pas manqué de faire parler de lui. Caché derrière un terme marketing bien choisi (“Paperwhite”), l’écran du Kindle a fait couler beaucoup d’encre. Nouvelle référence dans le domaine, mais aussi de nombreuses questions sur l’origine de la technologie. Il se trouve que l’écran Paperwhite est la combinaison de deux choses : un écran E-Ink nouvelle génération et un système d’éclairage par LED.290x290xkindlepaperwhite-290x290.jpg.pagespeed.ic.9qR3UBoqJc

Le site E-Ink Info a bénéficié des lumières de Sriram Peruvemba, directeur marketing de E-Ink, et livre quelques précisions sur la technologie embarquée par le Kindle. Comme nous vous l’annoncions, il s’agit d’un écran HD avec une résolution de 212 dpi (XGA) contre 167 dpi (SVGA) pour les écrans E-Ink qui équipent des readers comme le Kindle 4 ou le Kobo Touch. (Sur la photo ci dessous l’écran paperwhite au centre avec le Kobo de Fnac à droite et le Nook  a gauche du géant américain barnes and noble)

kindlepaperwhite-comparaison

e-link-rolls-out-next-generation-of-electronic-papers2

E-Ink a également amélioré les protections UV et le revêtement de l’écran pour réduire encore plus les reflets. Au final, les performances électro-optiques améliorées débouchent sur un meilleur contraste. En revanche, E-Ink ne conçoit pas le système d’éclairage du Kindle Paperwhite. Concernant ce composant, il sort des labos d’Amazon.

L’écran a vu sont contraste élevé de 25%. ainsi, le texte foncé sur un fond blanc brillant est fait pour la lecture. Avec Kindle Paperwhite vous pouvez lire n’importe où et n’importe quand . Vous pouvez régler la luminosité de votre écran afin de lire dans toutes les conditions d’éclairage, de la lumière du soleil jusqu’à la veilleuse pour votre lecture de chevet.

290x290xkindlepaperwhite-lighton-290x290.jpg.pagespeed.ic.fqSQFQGqz5

Pour répondre aux besoins de la lecture, la durée de vie de la batterie est augmenté de manière significative. Selon Amazon une seule charge dure jusqu’à huit semaines, basée sur une demi-heure de lecture par jour avec l’arrêt du wifi et le réglage de la lumière à 10.

battery-compare._V389693466_

Le livre papier est-il mort ?

18 Oct

papier e-link

C’est la question sur toutes les bouches depuis 2008 et l’apparition de l’encre électronique ( e-lien). On nous promettait des liseuses avec des écrans sans rétroéclairages, ainsi le lecteur pouvait espérer lire son livre numérique sans risquer la myopie. L’autonomie elle aussi se voyait prolonger, l’utilisateur peut désormais lire à sa guise sur plusieurs jours sans avoir à recharger sa liseuse, risquant ainsi de mourir de faim. Cependant les ventes ne décollent pas : trop chers, catalogue numérique peut fournir ne sont là que les principaux défauts qui empêchent le secteur de décoller. Comme vous l’aurez remarqué pour étudier le secteur du du livre numérique nous devons d’abord traiter de son support la liseuse ou e-book. Le succès du livre numérique passera par celui de son support. Cette année 2012 ne fera pas exception, comme chaque année on nous annonce le décollage de l’e-book, mais cette fois c’est peut-être la bonne, c’est la principale information de la foire du livre Francfort de ce weekend (10 au 14 octobre). D’autant plus que les chiffres ne mentent pas, le secteur de l’e-book devrait atteindre une croissance de 80% selon GFK, ce chiffre est à relativiser car aujourd’hui le secteur ne pèse que 12.5 millions, ce qui ne représente que 7% du marché du livre.

marché du e-book étude gfk

Mais (et oui il y a un mais) si les chiffres semblent bons, on ne doit pas oublier comment le marché de la musique à régresser de 1.95 milliards d’euros en 2002 pour atteindre 880 millions en 2010. Les constructeurs d’e-book ne semblent pas avoir compris les erreurs du secteur musical, pour preuve les 15 000 livres numériques dont 1000 français trouvés en dix secondes sur des sites de peer to peer. Les tentatives d’amazon d’imposer son format (azw) pour lutter contre le téléchargement illégal restent vaines car, la lutte contre le peer to peer passera par un effort sur les prix des livres numériques encore trop chers par rapport au livre papier Ci dessous le diagramme comparatif entre les coûts du livre papier vs livre numérique : on remarquera la marge des éditeurs de livres numériques qui double, cet écart de marge explique pourquoi un livre papier coûte presque le même prix qu’un livre numérique.

Diagramme du site frenchweb