ePagine apporte les tablettes en librairies

13 Dec

La librairie La Procure, rue de Mézières à Paris, fait partie des premières librairies à accueillir entre leurs murs l’écran tactile proposé par ePagine. Le portail des libraires numériques s’est chargé de l’installation du matériel, de l’infrastructure, mais aussi de la formation des libraires présents sur place. Un mois après le début de l’expérience, bilan avec Catherine Martin, directrice du marketing et d’internet à la Procure.

 

Un iPad géant trône désormais dans le rayon Sciences humaines de la librairie La Procure à Paris, c’est Catherine Martin, qui a organisé la mise en place de l’opération, effective depuis décembre.

Epagine avait déjà présente ce concept en 2009 au salon du livre de Paris. C’est La Procure qui a fait l’acquisition du matériel, choisi selon les conseils d’ePagine. e Pagine s’occupe aussi d’une formation des libraires pour leur permettre de maîtriser ce nouvel outil qui veut leurs places

Ainsi on pourra constater que les ventes selon le responsable marketing et Internet, de liseuses Cybook vendu chez La Procure à 100 euros en version standard et 130 euros pour la version hd s’avèrent excellentes, si bien que le stock fond à vue d’oeil.

Advertisements

Peut on apprendre à lire avec une tablette ?

9 Dec

Et si l’iPad pouvait remplacer Martine !

Elles ont fait un carton à Noël, elles sont maintenant dans beaucoup de foyer et on peut se demander quelle est leur utilité pour les enfants, l’apprentissage de la lecture par les applications est devenu monnaie courante. Beaucoup de parents sont tentés de familiariser leurs enfants avec la lecture grâce à des applications destinées à cet usage. Cependant une enquête  aux États-Unis, montre que la plupart de ces applications manquent des éléments cruciaux pour effectivement apprendre à lire.

 

Le rapport a été rédigé par « The Campaign for Grade Level Reading » un groupe qui s’intéresse à la lecture des enfants des classes de primaires avec pour objectif d’améliorer la situation aux USA question lecture.

Ils mettent en garde contre l’efficacité réelle de ces applications; Car aujourd’hui seulement 5 % des applications proposées par l’iTunes App Store pour apprendre à lire prennent en compte le vocabulaire. Le vocabulaire joue un rôle essentiel dans l’apprentissage, n’oublions pas que pour apprendre à lire l’essentiel réside dans l’accompagnement de l’enfant par les parents. Il ne faut pas céder aux sirènes du numérique  ce nouvel outil est à prendre avec des pincettes, au risque de dérive comme la vidéo ci-dessous qui montre un bébé qui prend les magazines pour des tablettes cassées.

De plus, acteurs publics, parents et enseignants devraient échanger entre eux pour que chacun soit plus au courant des usages adéquats qui peuvent être faits de ces logiciels, pour éviter ce genre de dérive, qui ne présage rien de bon pour les générations futures.

L’autoédition ?

6 Dec

L’auto-édition ou autoédition c’est quoi ?

Cela consiste pour un auteur à prendre lui-même en charge l’édition de ses ouvrages, sans passer par l’intermédiaire d’une maison d’édition.

Elle se distingue précisément de l’édition à compte d’éditeur ou à compte d’auteur. Dans le premier cas, en effet, l’éditeur se charge à ses frais de réaliser et diffuser l’ouvrage en rémunérant l’auteur selon les ventes, et dans le second l’éditeur s’en charge aux frais de l’auteur.

Ainsi on change de schéma passant de ça :

les-difficultes-art-pour-editeur-numerique_2_641688

A ça :

les-difficultes-art-pour-editeur-numerique_3_641688

Amazon lance sa version de l’auto-édition, kindle direct publishing, en proposant monnayant finance de référencer des ouvrages d’écrivains directement sur leur site sans passer par une maison d’édition.
amazon dpSuivi de prêt par la Fnac, cependant ces géants en investissant le terrain de l’autopublication, ne menacent t’ils pas le fonctionnement du marché de l’édition  Est ce que les libraires ou bien encore les éditeurs classiques, ne vont ils pas se sentir laissés dans toute cette histoire ?

Analyse du secteur du livre numérique en 2011

2 Dec

Dans cette présentation vous pourrez constater que je m’appuie sur les rapports annuels de :

  • PPR (propriétaire de la FNAC)
  • Le Motif (l’observatoire du livre et l’écrit de la Région Ile-de-France)
  • Les articles du blog
    • E-books factory
    • UnSimpleClic 
    • Centre Francilien contre l’open innovation
    • Internetretailing

Ma visite du salon du livre et de la presse jeunesse

29 Nov

20121130_183134Le SLPJ pour ceux qui ont twitté, du 28 Novembre au 3 Décembre. J’ai fais pour vous la nocturne du 30 novembre. Le salon avait pour thème la littérature d’aventure avec beaucoup de jeunes têtes blondes galopantes dans les couloirs du salon.

accréditation

Durant le salon je me suis focalisé sur les évènements professionnels, telle que la conférence du vendredi 30 qui avait pour thème les jeux vidéos et les nouvelles applications : visite virtuelle de musé, ou de monument… La vidéo du test ci-dessous  (Vous noterez mes faibles capacités à résoudre des puzzles destinés aux enfants de 8 ans)

Conférence

J’ai particulièrement apprécié cette application qui permet de visiter les monuments historiques, cette application offre une bonne alternative aux livres ou manuelles classiques.

Le salon a été un succès, avec vraiment beaucoup de monde, la nocturne etant gratuite explique (peut être)  la foule qui arpente les couloirs, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci dessous.

J’ai également profité de la présence d’un stand du ministère de la culture pour échanger avec un agent du ministère sur l’avenir du secteur du livre, il m’a assuré que le livre numérique : “ce n’est pas encore pour cette année” cette affirmation viens détruire toutes les prédiction que j’avais faites dans mes premiers articles, mais forcé de constater qu’il n’avait pas tord le marche du livre numérique n’à pas connus le boom qu’on attendait , il ne pèse que 2 à 3% du marché du livre.

De la PUB dans un ePUB

25 Nov

Bon j’avoue elle étais facile, mais c’est pour dédramatiser le drame qui se joue aujourd’hui avec les e-pub, avec notamment un livre sur Léonard de Vinci qui comprend 6 pubs.

Ce n’est pas la premier fois que de la pub apparaît dans un livre. Dans les livre papier déjà on peut remarquer dans certain livre des non de marque. Avec le livre relatif à Léonard la réclame permet de proposer aux lecteurs un livre gratuit.
Cependant, la lecture de cet ebook, avec pub ne gêne absolument pas la lecture.  Parce qu’elle se fond dans le contenu en restant en relation avec celui-ci. C’est se qu’on appelle de la publicité dérivée.

Le contenu se voit enrichi !

Ce livre est une invitation à la découverte, une exploration. Il est conçu comme un jeu de piste avec illustrations, liens et interactions. Cet ebook est sans DRM (mesures techniques de protection) il peut être chargé sur un iPad ou tout autre tablette et être modifier par n’importe qui.

Les lecteurs intéressés et curieux pourront le télécharger gratuitement sur ePagine , Feedbooks ou chez Livre pour tous.

Le livre hybride

22 Nov

J’ai été bluffé par ce prototype de livre hybride produit par  étudiant polonais des Beaux-Arts lorsque le numérique rencontre le papier, cela donne un beau concept très intéressant  Peut être que la puce NFC pourrait éviter le recours à un câble pour le transfert d’information entre livre et écran.

Le concept est simple comme on peut le voir dans la vidéo  un livre barder de capteurs permet de visionner à l’écran la page ouverte mais surtout il permet un apport d’information, de la vidéo un lien vers un site. La lecture est ainsi enrichi par le numérique.