Archive | Edito RSS feed for this section

Peut on apprendre à lire avec une tablette ?

9 Dec

Et si l’iPad pouvait remplacer Martine !

Elles ont fait un carton à Noël, elles sont maintenant dans beaucoup de foyer et on peut se demander quelle est leur utilité pour les enfants, l’apprentissage de la lecture par les applications est devenu monnaie courante. Beaucoup de parents sont tentés de familiariser leurs enfants avec la lecture grâce à des applications destinées à cet usage. Cependant une enquête  aux États-Unis, montre que la plupart de ces applications manquent des éléments cruciaux pour effectivement apprendre à lire.

 

Le rapport a été rédigé par « The Campaign for Grade Level Reading » un groupe qui s’intéresse à la lecture des enfants des classes de primaires avec pour objectif d’améliorer la situation aux USA question lecture.

Ils mettent en garde contre l’efficacité réelle de ces applications; Car aujourd’hui seulement 5 % des applications proposées par l’iTunes App Store pour apprendre à lire prennent en compte le vocabulaire. Le vocabulaire joue un rôle essentiel dans l’apprentissage, n’oublions pas que pour apprendre à lire l’essentiel réside dans l’accompagnement de l’enfant par les parents. Il ne faut pas céder aux sirènes du numérique  ce nouvel outil est à prendre avec des pincettes, au risque de dérive comme la vidéo ci-dessous qui montre un bébé qui prend les magazines pour des tablettes cassées.

De plus, acteurs publics, parents et enseignants devraient échanger entre eux pour que chacun soit plus au courant des usages adéquats qui peuvent être faits de ces logiciels, pour éviter ce genre de dérive, qui ne présage rien de bon pour les générations futures.

L’autoédition ?

6 Dec

L’auto-édition ou autoédition c’est quoi ?

Cela consiste pour un auteur à prendre lui-même en charge l’édition de ses ouvrages, sans passer par l’intermédiaire d’une maison d’édition.

Elle se distingue précisément de l’édition à compte d’éditeur ou à compte d’auteur. Dans le premier cas, en effet, l’éditeur se charge à ses frais de réaliser et diffuser l’ouvrage en rémunérant l’auteur selon les ventes, et dans le second l’éditeur s’en charge aux frais de l’auteur.

Ainsi on change de schéma passant de ça :

les-difficultes-art-pour-editeur-numerique_2_641688

A ça :

les-difficultes-art-pour-editeur-numerique_3_641688

Amazon lance sa version de l’auto-édition, kindle direct publishing, en proposant monnayant finance de référencer des ouvrages d’écrivains directement sur leur site sans passer par une maison d’édition.
amazon dpSuivi de prêt par la Fnac, cependant ces géants en investissant le terrain de l’autopublication, ne menacent t’ils pas le fonctionnement du marché de l’édition  Est ce que les libraires ou bien encore les éditeurs classiques, ne vont ils pas se sentir laissés dans toute cette histoire ?

De la PUB dans un ePUB

25 Nov

Bon j’avoue elle étais facile, mais c’est pour dédramatiser le drame qui se joue aujourd’hui avec les e-pub, avec notamment un livre sur Léonard de Vinci qui comprend 6 pubs.

Ce n’est pas la premier fois que de la pub apparaît dans un livre. Dans les livre papier déjà on peut remarquer dans certain livre des non de marque. Avec le livre relatif à Léonard la réclame permet de proposer aux lecteurs un livre gratuit.
Cependant, la lecture de cet ebook, avec pub ne gêne absolument pas la lecture.  Parce qu’elle se fond dans le contenu en restant en relation avec celui-ci. C’est se qu’on appelle de la publicité dérivée.

Le contenu se voit enrichi !

Ce livre est une invitation à la découverte, une exploration. Il est conçu comme un jeu de piste avec illustrations, liens et interactions. Cet ebook est sans DRM (mesures techniques de protection) il peut être chargé sur un iPad ou tout autre tablette et être modifier par n’importe qui.

Les lecteurs intéressés et curieux pourront le télécharger gratuitement sur ePagine , Feedbooks ou chez Livre pour tous.

Le livre papier est-il mort ?

18 Oct

papier e-link

C’est la question sur toutes les bouches depuis 2008 et l’apparition de l’encre électronique ( e-lien). On nous promettait des liseuses avec des écrans sans rétroéclairages, ainsi le lecteur pouvait espérer lire son livre numérique sans risquer la myopie. L’autonomie elle aussi se voyait prolonger, l’utilisateur peut désormais lire à sa guise sur plusieurs jours sans avoir à recharger sa liseuse, risquant ainsi de mourir de faim. Cependant les ventes ne décollent pas : trop chers, catalogue numérique peut fournir ne sont là que les principaux défauts qui empêchent le secteur de décoller. Comme vous l’aurez remarqué pour étudier le secteur du du livre numérique nous devons d’abord traiter de son support la liseuse ou e-book. Le succès du livre numérique passera par celui de son support. Cette année 2012 ne fera pas exception, comme chaque année on nous annonce le décollage de l’e-book, mais cette fois c’est peut-être la bonne, c’est la principale information de la foire du livre Francfort de ce weekend (10 au 14 octobre). D’autant plus que les chiffres ne mentent pas, le secteur de l’e-book devrait atteindre une croissance de 80% selon GFK, ce chiffre est à relativiser car aujourd’hui le secteur ne pèse que 12.5 millions, ce qui ne représente que 7% du marché du livre.

marché du e-book étude gfk

Mais (et oui il y a un mais) si les chiffres semblent bons, on ne doit pas oublier comment le marché de la musique à régresser de 1.95 milliards d’euros en 2002 pour atteindre 880 millions en 2010. Les constructeurs d’e-book ne semblent pas avoir compris les erreurs du secteur musical, pour preuve les 15 000 livres numériques dont 1000 français trouvés en dix secondes sur des sites de peer to peer. Les tentatives d’amazon d’imposer son format (azw) pour lutter contre le téléchargement illégal restent vaines car, la lutte contre le peer to peer passera par un effort sur les prix des livres numériques encore trop chers par rapport au livre papier Ci dessous le diagramme comparatif entre les coûts du livre papier vs livre numérique : on remarquera la marge des éditeurs de livres numériques qui double, cet écart de marge explique pourquoi un livre papier coûte presque le même prix qu’un livre numérique.

Diagramme du site frenchweb